Home / France / L’alcoolo-tabagique en compagnie de Robert Ménard pour un numéro antinazi dans la ville grand-remplacée de Béziers

L’alcoolo-tabagique en compagnie de Robert Ménard pour un numéro antinazi dans la ville grand-remplacée de Béziers

Captain Harlock
Démocratie Participative
09 janvier 2022

 

Je me répète, mais il n’y a pas plus vil et repoussant que Robert Ménorah.

Cet opportuniste, opposant déclaré à la remigration qui donne du « mon ami » jusqu’au dernier SDF de sa ville, courtise tour-à-tour Macron, Le Pen et Zemmour sans aucun sentiment de honte. Cette subtile politique ayant pour objet de conforter son règne sur la ville totalement bougnoulisée de Béziers.

Le dernier happening de ce type a été un numéro antifa en compagnie de l’alcoolo-tabagique.

En 2022, dans une ville intégralement grand-remplacée, la dinde esquintée du Lepénisme estime urgent de dénoncer Adolf Hitler en compagnie d’un histrion trotskiste dont la seule opinion fixe est de servir les juifs.

Naturellement, peu nombreux sont qui connaissent Sophie Scholl en dehors de l’hagiographie officielle de l’ordre démocratique. Scholl était une militante d’extrême-droite liée à l’aristocratie terrienne allemande qui tentait de sauver sa position sociale dans l’Allemagne d’après-guerre en négociant un putsch avec Washington. Ces conspirateurs infiltrés dans le corps des officiers allèrent si loin dans l’ignoble qu’ils finirent par intégrer les communistes allemands dans leur projet putschiste. Tout ceci se déroulait alors que le peuple allemand était entièrement mobilisé pour résister à la barbarie bolcheviste qui déferlait sur l’Europe.

Scholl et sa clique étaient les idiots utiles de gens qui, en pleine guerre d’anéantissement, conspiraient au profit de l’URSS et des USA pour conserver leurs châteaux. La glorification de Scholl sur ordre des Alliés et des bolcheviques a pour fonction culturelle et idéologique de graver dans l’esprit des Européens la trahison de l’Europe au profit des forces cosmopolites internationales.

La décapitation de l’agitatrice Scholl était le minimum pour une nation dont la jeunesse mourrait au front face à la coalition juive internationale. Et c’est encore un châtiment de clémence, au vu des sacrifices inouïs consentis par l’Allemagne à cette époque pour empêcher la sauvagerie juive de s’emparer du continent européen.

Les conséquences de la défaite allemande, nous les voyons tous les jours dans les rues des démocraties.

Quand cette ordure de Ménard accompagnée de l’épave Le Pen va se courber devant le buste de la pussy riot de l’époque, ce n’est que pour signifier aux barons de la juiverie politico-médiatique leur intention commune de trahir dans les mêmes termes en échange de quelques positions dans le système.

Des traîtres célébrant des traîtres, c’est la seule chose que la démocratie juive peut générer.

Cette élection inutile est interminable.

Vivement qu’on en finisse.

Commentez l’article sur EELB.su