Home / Guerre raciale / Poitiers : après avoir semé le chaos à la préfecture, Ansou le clandestin refuse d’être expulsé pour devenir président de la république… de Guinée

Poitiers : après avoir semé le chaos à la préfecture, Ansou le clandestin refuse d’être expulsé pour devenir président de la république… de Guinée

Leutnant
Démocratie Participative
06 janvier 2022

L’immigration est une chance pour la France.

La Nouvelle République :

Ansou s’exprime correctement mais la cohérence de ses propos intrigue. Le jeune homme de 25 ans se présentait ce mercredi au tribunal correctionnel de Poitiers escorté de policiers après un esclandre violent, la veille, au guichet des étrangers de la préfecture de la Vienne.

Visé par une expulsion du territoire depuis la fin novembre après un vol à l’étalage dans un supermarché de Poitiers, ce Guinéen, débouté du droit d’asile, veut rester en France. Pour travailler… puis devenir président de la Guinée où il a fait de la politique avant, dit-il.

Depuis, il avait quitté le pays, fui par la Libye où il avait été torturé, mis le pied en Europe par l’Italie et trouvé un foyer d’accueil à Poitiers, voilà près de trois ans.

Le jeune homme suit un traitement antipsychotique lourd depuis qu’il s’est infligé des coups de couteau dans le torse.

Au vu de l’ensemble de ces éléments, le tribunal a jugé indispensable l’expertise psychiatrique et renvoyé l’examen des faits reprochés au 28 mars prochain. En attendant, Ansou a été placé sous contrôle judiciaire avec interdiction de se rendre à la préfecture.

Ansou, futur président de la république, si ce n’est pas en Guinée, ce sera en France !

Commentez l’article sur EELB.su