Home / Les dernières actualités / Royaume-Uni : 16% des naissances sont issues de l’immigration non-blanche récente, le Pakistan en tête

Royaume-Uni : 16% des naissances sont issues de l’immigration non-blanche récente, le Pakistan en tête

Captain Harlock
Démocratie Participative
15 octobre 2021

Les plus récentes statistiques disponibles au Royaume-Uni font état de 29,3% de naissances issues d’une mère née hors du Royaume-Uni. Un record historique depuis que ces naissances sont comptées.

Mais ce chiffre monte à 34,9% pour les naissances dont au moins un des deux parents est né hors du Royaume-Uni, homme ou femme.

Les naissances dont la mère est pakistanaise arrivent en tête en 2020.

Les naissances immigrées dont la mère est née hors d’Europe représentent 16,3% du total des naissances en 2020.

Les naissances immigrées dont mère est née en Europe en représentent 12,2%.

En 2020, sur un total de 613,938 naissances :

  • 434,024 étaient d’origine britannique
  • 179,881 étaient d’origine immigrée
  • dont 63,732 de l’UE et 11,574 (UE et Europe).
  • 100,369 étaient d’origine extra-européenne (moins les USA)

La carte du Bureau des Statistiques britannique permet de permet de voir les zones de colonisation. Les zones en violet sont perdues, les zones en bleu (clair et foncé) sont en passe de l’être.

Le Pays de Galles, la Cornouaille, l’ancien royaume de Northumbrie et l’Est Anglie.

Parmi les naissances britanniques, une part indéfinie est issue de l’immigration de première et seconde génération.

La natalité des femmes britanniques s’élève à 1,58 enfant par femme (ce qui inclue les femmes immigrées de première et deuxième génération) contre 2 pour les femmes immigrées (dont une part sont européennes, principalement polonaises et roumaines).

Comparativement, 22% des naissances en France sont issues d’au moins un parent né hors d’Europe. Ce chiffre n’inclut pas les naissances des Français de papiers de première ou deuxième génération.

Au total, environ 42% des naissances en France sont non-blanches en 2021.

Commentez l’article sur EELB.su